La mission humanitaire au Congo et le sourire des enfants à défendre

Cinquante-sept ans à l’état civil et cinquante-deux missions humanitaires effectuées, pour la plupart, en Afrique subsaharienne entre le Sénégal, le Burundi, le Rwanda et le Congo. Un sac à dos, un bandana et un message à partager partout où cela est possible : l’appel à la communauté internationale qui lui a décerné en janvier dernier le prix Nobel de la paix 2018, Denis Mukwege, qui a notamment dénoncé la situation dramatique au Congo. Francesco Barone, professeur d’université au Département des sciences humaines de L’Aquila et volontaire, raconte son histoire à la veille de la mission 53, également au Congo – du 30 décembre au 17 janvier – dans un pays qui connaît une véritable catastrophe humanitaire avec des centaines de milliers de femmes violées, plus de quatre millions déplacées et six millions de morts.

Cette même terre où il cherche obstinément le sourire de tant d’enfants, prêt à l’accueillir les yeux pleins d’espoir, malgré tout. “Je retourne dans la région de Goma, dans des régions que j’ai déjà visitées au cours des cinq dernières années “, explique-t-il, ” j’espère retrouver la situation que j’ai trouvée les années précédentes. Des populations entières vivant dans des conditions d’extrême vulnérabilité. Des hommes, des femmes et des enfants qui doivent affronter quotidiennement les difficultés d’une vie trop dure et d’un destin qui les rejette. Évidemment, je commence avec l’optimisme habituel qui est nécessaire pour faire face à une mission humanitaire délicate et complexe. J’apporterai une aide humanitaire : nourriture, médicaments, vêtements, chaussures, matériel éducatif, ainsi qu’un autre volontaire, Gianluigi Zauri, déjà plusieurs fois engagé dans ce type d’actions.

Beaucoup de choses peuvent se produire en cours de route, comme la dangereuse schistosomiase, une infection parasitaire qui se contracte en se baignant dans de l’eau douce contaminée. “Je nageais dans le lac Kivu, entre le Congo et le Rwanda “, se souvient Baron, marié à Cinzia et au père de Bruno. “On m’a déjà diagnostiqué une forme de malaria. Pourtant, je ne me lasse pas d’avoir des expériences de ce genre. Tant que j’en aurai la force, je veux être ici pour apporter ma contribution. Trop de gens en Europe et, plus généralement, dans le monde occidental, se remplissent la bouche de belles paroles sur l’Afrique, interprétant peut-être à leur convenance la pensée de Zygmunt Bauman. Mais ici, les mots ne servent pas à grand-chose, nous avons besoin d’initiatives concrètes”. Non seulement cela, mais aussi la passion et l’énergie que le professeur Barone met dans sa valise à chaque fois, ainsi que quelques bons CD de Miles Davis”.

La perception de l’Afrique est celle d’un continent “pauvre”, fait de réalités difficiles et de périphéries humaines. Quelle est votre impression à ce sujet ?

“Je pense que c’est une juste considération. Mais aussi hâtive. Comme on le sait, la pauvreté est liée à une condition de subordination d’un grand nombre à un petit nombre. Les pauvres sont opprimés par le manque. Et cette condition génère inévitablement l’exclusion sociale de millions de personnes. Cela signifie que les pauvres restent isolés, exclus non seulement du point de vue socio-économique mais aussi du point de vue de la dignité. Comme chacun le sait, depuis des siècles, l’Afrique est un continent attrayant en raison de ses énormes ressources naturelles. Ces dernières années, la présence chinoise a touché toutes les régions d’Afrique. Si vous suivez les traces du pétrole, du gaz, du coltan, des forêts, des déserts, des villes ou des savanes, il est très probable qu’il rencontre un Chinois. Il est indéniable, en même temps, que nous, Occidentaux, croyons que nous sommes les dépositaires du savoir et du savoir. Nous nous regardons à la loupe, faisant le contraire en regardant l’Afrique et les Africains. Si nous pensons aux cartes d’il y a quelques décennies, l’Europe semblait être plus étendue que l’Afrique. Si dans le passé le colonisateur classique se limitait à piller les matières premières de certaines terres, le colonisateur moderne prend une nouvelle identité.

Quelle est l’identité du “colonisateur moderne” ?

“Tout d’abord, elle est autoréférentielle et se déclare porteuse de civilisation et de progrès. Je voudrais toutefois souligner que la pauvreté n’affecte pas seulement l’Afrique, c’est un phénomène qui affecte le monde entier. A cet égard, tout en reconnaissant sa noble valeur, le geste de générosité occasionnel ne suffit pas car il n’a pas tendance à changer substantiellement la réalité existante. Elle peut soulager la souffrance mais ne résout pas le problème des pauvres. Le soutien doit être un fait qui concerne tout le monde. Surtout ceux qui ont des responsabilités politiques. C’est un problème universel qui doit être résolu universellement. La pauvreté n’existera plus à partir du moment où l’on redonnera aux pauvres la possibilité de donner. Tout devient temporaire. Dans la société moderne, la tranquillité sociale disparaît, parce que l’argent devient de plus en plus important et qu’il n’y a plus de considération pour les relations humaines”.

Y a-t-il un mot que vous considérez particulièrement significatif et qui représente mieux la culture africaine que d’autres ?
“Il y en a plusieurs. Mais je pense que le terme ” Ubuntu ” est le plus représentatif : ” nous sommes parce que je suis, je suis parce que nous sommes “. De plus, quelques gestes d’accueil et d’hospitalité. Le mot’Amannee’ est le mot qui correspond plus ou moins à notre “qu’est-ce que le bon vent vous apporte ? Et comment ne pas mentionner’Hakuna matata’….

Que pensez-vous de l’Afrique ?

“L’idée commune est que l’Afrique n’est qu’un vaste réservoir de tragédies, de conflits et de violence. Pour moi, l’Afrique est aussi un continent extraordinairement riche en culture et en traditions. C’est aussi le lieu d’accueil, de participation coopérative. Je voudrais profiter de cette occasion pour souligner que l’Afrique est quelque chose qui doit nécessairement nous concerner. La population de l’Afrique aujourd’hui est d’environ 1,3 milliard d’habitants. Selon les prévisions, les Africains seront 2,5 milliards d’ici 2050 et probablement environ 4 milliards d’ici la fin du siècle. Ces données montrent que ce qui se passera en Afrique au cours des prochaines décennies affectera grandement le sort du monde. Et compte tenu de sa proximité géographique et de ses relations économiques et sociales, elle concernera principalement l’Europe. Les flux migratoires nous disent comment ces problèmes nous affectent. Il ne faut pas les sous-estimer.

Quelles mesures la communauté internationale devrait-elle, selon elle, prendre ?

“Nous avons besoin que toutes les institutions et tous les organes internationaux assument une véritable responsabilité dans la promotion du développement. Selon les estimations les plus récentes de l’ONU, contre 1,3 milliard d’habitants, il y a 36 millions d'” expatriés ” africains : 19 sur le continent et 17 en dehors. Ainsi, même pour l’Afrique, la règle mondiale s’applique : 97% de la population vit dans le pays où elle est née. Il n’est pas nécessaire de donner le poisson en cadeau, mais de lui apprendre à pêcher. Combien de fois avons-nous entendu répéter ce slogan ? Eh bien, en parlant de pêche, on oublie qu’au Sénégal ces dernières années, des bateaux gigantesques, certainement pas africains, ont drainé plus de 70% des prises par le chalutage. Et comment oublier ce qui se passe en République démocratique du Congo, où il existe des ressources minérales d’une valeur de 25 000 milliards de dollars et où les multinationales jouent un rôle décisif dans l’acquisition de ces richesses. La nourriture, l’eau, l’éducation, les droits, la santé sont les mots clés pour favoriser le développement d’un continent exploité depuis trop de siècles et permettre aux populations de vivre dans des conditions humaines et dans la dignité. Car il convient de rappeler que la vie est la mère de tous les droits. La vie est la même pour tout le monde “.